Interview M. Dominic JENSEN : Conseiller les cabinets d’avocats

Interview de Dominic Jensen

 

Véritable entreprise, le cabinet d’avocats doit, pour être rentable, s’inscrire dans une démarche économique. Tout au long de son activité, l’avocat est en permanence confronté à des questions essentielles appelant des choix stratégiques quant à son exercice professionnel, l'organisation et la gestion de son cabinet.

 

 

Dominic Jensen, avocat, est un expert de la stratégie et l’organisation des cabinets d’avocats. Il est l’auteur de « Cabinet d’avocats, création et stratégie, organisation et gestion » Dalloz Référence, Editions Dalloz et directeur scientifique de Dalloz Avocats, exercer et entreprendre. Il est l’auteur de près d’une centaine d’articles sur la thématique des cabinets d’avocats. Dominic Jensen intervient dans le cadre des instances de la profession d’avocat et enseigne à l’Ecole de formation du barreau.

 

1 - Comment les avocats peuvent-ils faire face à une concurrence accrue ces dernières années,  dynamiser leur chiffres d’affaire et acquérir de nouveaux clients ?  

Il y a sans doute un durcissement du marché mais il y a surtout des phénomènes de transformation du marché et de ses acteurs qui doivent amener les avocats à réfléchir davantage à leur offre et leur valeur ajoutée. Cette réflexion passe d’abord par une gestion plus rigoureuse de son temps, de sa rentabilité et plus généralement de son cabinet. C’est avec un outil de travail en bon ordre de marche que l’avocat peut ensuite faire des choix éclairés quant à son offre. La clientèle et le potentiel de chiffre d’affaires sont là à condition que l’offre du cabinet corresponde aux besoins et aux attentes du marché.

 

2 - A l’air des nouvelles technologies, divers moyens se sont multipliés pour obtenir des conseils juridiques (plateformes de conseils juridiques en ligne, etc.). Les avocats peuvent-ils les utiliser afin d’être plus compétitifs ? 

Oui. De nouveaux acteurs qui ne sont pas avocats se sont positionnés sur le marché de l’accès au droit. Ces plateformes et sites internet  essayent de devenir le premier contact du particulier ou de la PME quand celle-ci est confrontée à un problème de nature juridique. Les avocats peuvent d’une part être à l’initiative de services semblables. Ils ont même une légitimité supérieure pour le faire. D’autre part, rien ne les empêche d’être eux-mêmes les utilisateurs de certains de ces services qui pourraient leur faire gagner du temps. En revanche, il ne semble pas, pour le moment, qu’un avocat puisse vivre d’une activité consistant seulement à répondre aux questions transmises par les plateformes d’intermédiation.

 

3 - Cette année vous allez animer trois formations relatives à la rentabilité des cabinets d’avocats, à la stratégie de communication ou encore aux honoraires. En quoi ces formations peuvent être intéressantes pour les avocats ? 

Ces formations ont pour but d’aider les avocats à mieux maîtriser leur environnement et à faire des choix qui vont les aider à s’épanouir et prospérer dans la durée. Le métier d'avocat est très exigeant. Lorsque son temps est accaparé par les clients, parfois au détriment du cabinet, l'avocat court le risque de se trouver dans une existence professionnelle davantage subie que choisie. Ces formations permettent aux avocats de mieux prendre en main leurs cabinets et à mieux orienter leur activité.

 

 Découvrez les formations animées par Dominic Jensen avec Dalloz Formation : 

                                        - Rentabilité et développement du cabinet d'avocat (1 jour) 

                                        - Honoraires : les bonnes pratiques de l’avocat (1 jour)

                                        - Stratégie de communication du cabinet d'avocat (1 jour)